Œuvres insolites et singulières

Héliscope par Nicolas Barreau | Rezé

HELISCOPE

Héliscope est une installation interactive hypnotique et entraînante.
Une hélice de grand format tourne à vive allure, tandis qu’un stroboscope placé en face à quelques mètres de l’hélice émet de la lumière sur les pâles. En jouant avec le stroboscope, le spectateur modifie directement le mouvement “visuel” de l’hélice. Le spectateur peut aussi déclencher la projection de motifs animés sur les pâles de l’hélice, faisant office d’écran en mouvement. L’œil fait alors un mélange entre ce qu’il perçoit du film et le vide entre les pâles : l’image perçue devient alors une substance lumineuse flottante et impalpable.

+ sur le projet

Café, Vitamine C et Lessive Phénix – étape 8 : Microfilm par Guillaume Ferry | Nantes

microfilm-séchage

Durant deux années de recherche dans le laboratoire cinématographique de Mire, Guillaume Ferry a exploré avec Stéphane Racine nous la pratique du cinéma argentique dans un contexte DIY. Il ont notamment travaillé à l’élaboration de procédés chimiques de développement de films à partir de produits de la vie courante (café, vitamine C, lessive aux cristaux de carbonate de sodium…). Cette recherche comporte plusieurs enjeux pour eux : la compréhension et la maîtrise des outils qu’ils utilisent, l’indépendance vis-à-vis de l’industrie chimique, la réduction de la toxicité des produit, la diffusion de l’information.

+ sur le projet

Interfaces par Sylvain Garnavault et Nicolas Guichard | Hérouville Saint Clair

Interface3

Le projet INTERFACES est né de l’envie de créer un spectacle de jonglerie dans lequel l’interaction entre l’artiste et l’objet serait poussé à son paroxysme dans un système communiquant à double sens. Au centre du projet nous retrouvons deux personnages atypiques : Sylvain Garnavault, jongleur et programmeur amateur, et Nicolas Guichard, régisseur et électronicien passionné.

+ sur le projet

Grattophone par Ségolène Sauret et Ronan German | Nantes
grattophone2 

Le grattophone est un dispositif de médiation du patrimoine à l’état de prototype conçu dans le cadre de l’événement Museomix qui a eu lieu au château des ducs de Bretagne en novembre 2013.

 

Disposé dans la salle 4 du château – d’anciennes prisons -, le grattophone invite les visiteurs à reproduire le geste du prisonnier et, par le grattage de la pierre, à lui faire vivre une expérience multisensorielle.​
Il s’agit d’explorer la symbolique du graffiti. L’ambiance créée est évocatrice de la condition des prisonniers tout en donnant des informations historiques.

+ sur le projet

Irbick par Laurent Malys | Nantes

Irbick2

Irbick est Récursif, Beau et Inutile Comme un Kaléidoscope.
Mais ce n’est pas seulement un kaléidoscope.
Irbick reproduit le fonctionnement d’un kaléidoscope à partir d’une source vidéo. C’est une installation interactive pour laquelle le public est invité à contrôler en direct la direction de la caméra et les différents paramètres d’animation du kaléidoscope.

+ sur le projet

Foedora 2 par Florelle Pacot | Saint-Nazaire

foedora3

Projection sur écran panoramique d’une ville mouvante au gré du déplacement du spectateur, à la manière d’un mirage flottant. La projection est une retransmission en direct d’une webcam filmant une maquette pilotée par des moteurs. Deux visions s’opposent alors : la ville lointaine qui semble fuir et sa version miniature qui s’effondre.

+ sur le projet

Piano News par Gaétan Neveux | Rennes

pianonews1

Un piano miniature, connecté à un ordinateur et aux flux RSS du Monde et de Rue89, affiche en temps réel sur un écran un led un mot de l’actualité – le plus important – et l’illustre en musique. L’actualité apparaît donc tronquée, libre de toute déviation médiatique.
Quoique le son l’accompagnant associe parfois des mots à des mélodies étranges …

+ sur le projet

Biglophone par Marylin Richard | Folelli

biglophone

Réalisé à partir d’une carte makey-makey programmée avec une arduino, le Biglophone est un jeu d’éveil musical à base d’arduino et de makey makey. Chaque immersion d’un doigt dans un des verres d’eau déclenche un son, une note, un instrument….

+ sur le projet

Karamba par David Rolandeau | La Remaudière

karamba

Bidouilleur depuis son plus jeune âge, David Rolandeau a découvert la musique électronique par la pratique du circuit bending (détournement de jouets électroniques sonores). Afin de donner des sonorités originales à ses compositions, il fabrique lui-même ses synthétiseurs ou bien il modifie des machines existantes pour en tirer des sons nouveaux et inédits. Depuis peu, il s’est lancé dans le VJing en modifiant une vieille télévision et une console de jeu vintage pour obtenir des visuels synchronisés avec sa musique.

+ sur le projet

City Noise par Thomas Meghe | Rennes

city_noise_1

City Noise explore des territoires invisibles en observant les interactions entre la ville et les habitants. Basé sur la pollution sonore générée par lʼactivité de la ville de Rennes, il permet de rendre compte dʼun phénomène global perçu comme local à lʼéchelle individuelle. En effet, nous sommes quotidiennement sujets à la pollution sonore mais il nʼexiste pas de dispositif pour la quantifier.

City Noise est une installation de visualisation de données composée dʼune projection vidéo et de boîtiers-capteurs. Les données sonores et géolocalisées captées par ces boîtiers sont utilisées pour générer une cartographie de lʼactivité urbaine.

+ sur le projet

Manuka par Rémi Chassage | Rennes

manuka-démo

Manuka est un croisement entre l’impression 3D et la céramique : un didgeridoo de voyage aux propriétés chamaniques avérées !

+ sur le projet

Vénus mécanique et Time Machine par Caroline Brisset | Nantes

PetiteOurse2

Caroline Brisset présente deux sculptures cinétiques.
Time machine est une machine à remonter le temps. Lorsque l’on regarde les cercles tourner pendant longtemps on est propulsé en arrière.
Vénus mécanique est une oeuvre constituée d’une bassine ancienne en laiton et en cuivre, du moteur et de brins de titane.

+ sur le projet

Monochromes figuratifs par Julia Droga | Angers

monochrome

Triptyque de monochromes noirs, désentoilés, retournés et retendus, figurant ainsi l’empreinte du châssis. Peintures “à l’aveugle” contenant leur part de hasard où l’image ne se forme pas par imitation optique mais par contact. La surface de la toile présentée à l’envers est traitée comme une peau réactive révélant son squelette.

+ sur le projet